Eric Pottier photoNé en 1966 à Montfermeil, Eric Pottier est très tôt fasciné et inspiré par des artistes conceptuels comme Lawrence Weiner, Yves Klein, Marcel Duchamp ou Nicolas Sanhes. « Autodidacte par ignorance », selon ses propres mots, les sculptures de cet artiste sensible sont à la fois des oeuvres polémiques, évocatrices, expressives et poétiques.

Pottier recherche l’esthétique de l’objet en récupérant les codes de la culture populaire s’inscrivant dans le mouvement Pop Art. Son oeil exercé, il compose ses premières oeuvres influencées directement par les matériaux industriels. Un terrain de jeu qu’il côtoie depuis le début de sa carrière : « Le ciment comme matière s’est imposé à moi, car il est omniprésent au quotidien. C’est en l’amadouant et le contraignant que j’ai pu lui faire exprimer l’antithèse de ce qu’il représente, comme mes recherches que j’ai nommées les « cimentiques interprétations », une opposition de deux pensées, de deux expressions contraires. »

Ses oeuvres et leurs éléments traduisent une réflexion sur le consumérisme qui nous renvoie à nos contradictions et questionnements sur le bien-fondé de nos « Pseudo-Valeurs ». Sa réflexion s’oriente alors vers la mondialisation, la surconsommation et l’hégémonie qui deviendra le point de départ de ses travaux.

Le sculpteur initie la célèbre série « Chroniques d’Anna », sculpture peinte mettant en scène une idée avant-gardiste où le symbole de la pomme devient son arme de dénonciation. Par un style résolument contemporain, Pottier ne cède pas au trash ou à l’extravagance. Il met en scène les symboles de nos sociétés par une interprétation ludique. L’artiste détourne alors les objets de son temps pour en faire l’emblème d’une société guidée par l’indice de consommation.

Eric Pottier, par son univers, se place comme un simple spectateur de notre monde nous emportant vers un univers de songe et d’utopie.j

imageimageimageimageimageimage

imageimageimage